11.12.2019

We Rise – Rossignol Women

Le cercle arctique : 24 heures de ski, de surf et de camping en Norvège

Sofia Sjöberg, ambassadrice #werise, nous raconte son voyage en Norvège. Entre sports, échanges et partages avec son compagnon de route, découvrez l'histoire de son aventure au cercle arctique !
image

Sofia SJÖBERG

Age : 27 ans

Nationnalité : Suédoise

Sports :

- Ski

- Surf

Autres passions : Voyages

Métier : Photographe

 

 

image

Il est 1 h du matin et Jacob, mon copain/collègue/compagnon d'aventure, descend de son surf.

 

On peut voir à sa démarche que la session a été longue mais agréable.

Il balance joyeusement ses bras mais il a froid aux pieds, il a neigé par intermittences toute la nuit. Le temps peut changer à tout instant, j'aperçois des nuages moutonneux au nord et le soleil au sud.

Nous sommes fin mai et le soleil ne se couche jamais à cette période de l'année, vous pouvez donc surfer, skier ou vous adonner à votre activité de prédilection toute la journée.

 

Le voyage jusqu'ici est long. Nous avons conduit depuis le centre de la Suède vers le nord, à travers la forêt qui semblait interminable et regorgeait de rennes, de renards, d'élans et de tétras.

Le paysage a changé au niveau de la frontière Suède/Norvège, troquant les petites montagnes suédoises aux pics arrondis pour les sommets pointus et escarpés de la Norvège. Les montagnes norvégiennes sont beaucoup plus hautes et, dans la région où nous nous rendons, elles jouxtent l'Océan atlantique et les zones de surf.

 

 

 

image

À 3 h, nous nous mettons enfin au lit après le dîner, le ciel s'éclaircit déjà au-dehors.

 

Tant de lumière du jour peut vous perturber. Difficile de s'endormir lorsque tous vos sens vous crient que nous sommes déjà au lendemain parce qu'il fait jour dehors alors que minuit n'est passé que de quelques heures.

 

À notre réveil, le sol est blanc et il neige encore. Tous les bulletins météo affirment que le ciel ne va pas tarder à se dégager et la soirée s'annonce très belle. 

 

Nous ne sommes nullement pressés de quitter nos sacs de couchage : plus on attend, plus la météo et la lumière s'améliorent. Je crois que cela convient à Jacob, il a bien besoin de se reposer après 6 heures passées dans l'eau hier soir.

Nous avons le temps de petit-déjeuner et de déjeuner, nous partons vers 17 h. L'objectif est de monter en haut d'une montagne voisine, à environ 750 mètres du sommet. Nous savons qu'avec un peu de chance et le bon timing, l'effort de la randonnée en vaudra la peine.

 

 

Nous atteignons le sommet un peu avant 20 h.

La plupart des nuages se sont dissipés mais je suis ravie que certains soient restés. Je trouve que quelques nuages à l'horizon font les meilleurs couchers de soleil. Les nuages reflètent la lumière du soleil, colorant le ciel d'intenses tons jaunes et violets, puis de bleu avant que la nuit ne s'installe.

 

image

Le sol est recouvert de vingt centimètres de poudreuse après la chute de neige de la nuit dernière. Les conditions sont exceptionnelles pour fin mai et pour couronner le tout, il n'y a pas âme qui vive.

 

Juste Jacob, moi et un groupe de rennes croisés sur le chemin. Ils se promènent ici en liberté mais les taches de peinture orange vif sur leurs corps indiquent qu'ils appartiennent à quelqu'un.

 

Depuis le sommet, nous apercevons notre van, un Renault Master aménagé de 2000, garé juste au bord de l'océan. Nous prenons quelques photos et vidéos dans les couloirs descendant vers notre camp.

 

La neige est excellente et Jacob ne cache pas son enthousiasme. J'imagine que c'est ce qui le fait vibrer, dévaler des pentes en terrain accidenté. Je suis toujours étonnée de voir avec quelle rapidité on peut escalader une montagne avec du matériel de ski de randonnée. Il descend rapidement sur quelques mètres juste pour remonter et recommencer. Pas seulement par obligation mais aussi par simple envie de profiter de ce que nous offre la nature.

 

 

 

image

À 11 h, le soleil plonge derrière une montagne à l'horizon.

 

La journée touche à sa fin. En redescendant, nous nous arrêtons pour faire un petit selfie.

 

Je prends des photos pour me souvenir de ma vie, je me suis rendu compte qu'avec le temps, on a tendance à oublier beaucoup de choses.

 

Une seule photo peut m'aider à me souvenir d'une journée entière. Plus on prend de photos, plus il est facile de se remémorer des souvenirs.

 

Nous amorçons nos derniers virages de la journée dans la poudreuse moelleuse jusqu'à l'endroit où nous devons déchausser.

On dîne une fois de plus à minuit, dans des chaises de camping devant notre van, bien emmitouflés dans nos sacs de couchage. On a un peu froid dans nos vêtements moites après une descente mais un repas chaud, des chaussettes sèches et un sac de couchage y remédient rapidement. Demain est un autre jour, j'ai hâte de voir quelles aventures et quelle météo il nous réserve.

 

Bonne nuit !

 

 

 

chargement