International News Nouvelles snowboard Nouvelles Community

Jeremy JONES
18/May/2009

Jeremy JONES: Alaska - DEEPER: Journée de rêve !

Riders in this news : 

« Aujourd’hui était l’apogée dans une partie de ma vie de snowboarder…
L'espoir commence à s'éclipser plus tôt dans la journée… Le vent a défoncé presque tous les aspects de la neige. Nous sommes finalement arriver au bowl où nous pensons trouver la neige et les lignes parfaites. Finalement, elles sont beaucoup plus grosses que ce que nous l’avons imagé, nous sommes sans voix ! Grosse glace, corniches énormes, chemins étroits, et épines dans tous les sens...


Travis Rice en a assez vu et nous a appelé dans l’avion pour le ramener dans le monde réel après 25 jours de campement. Ryland n’écoute que ses tripes, rejoins le caméraman sur l’île sécurisée pendant que Jonaven et moi-même avancions tout doucement dans le champ de bataille… Armé d’un bâton dans une main, d'un piolet dans l'autre, et d’une corde nous reliant ensemble, nous restons attentifs et produisons notre trace au milieu des séries de crevasses.


Une fois sur la face,  nous nous mettons en sécurité, et nous assurons qu’il n’y a qu’une personne exposée à la fois. Jonaven trouve son point culminant alors que je change de coin et grimpe avec une chute d'eau jusqu’au le sommet. L'exposition était au-delà des limites fixées.... C’était comme si nous étions dans un bar à sandwich au danger, qu’on a checké les «œuvres» et qu’on a payé le supplément de 99 cents pour avoir le gros modèle XXL ! Nous étions à la limite de notre zone securisée, mais toujours dedans. Tout le temps, nous avons parlé de la possibilité de revenir en arrière, mais plus haut nous allions, meilleur nous nous sentions.


Le temps semblait de nouveau jouer en notre faveur, et ce n’est que quand je suis arrivé au sommet que les choses se sont améliorées et que la première éclaircie est apparue dans l’heure. C’est difficile de faire appel quand le temps est hétéroclite. Il faut environ 4 heures pour arriver au sommet d'une ligne et à un certain moment, il faut y aller et espérer avoir quelques éclaircies dans l'après-midi. C'est pourquoi il vaut mieux aimer le processus parce que durant plusieurs jours, nous avons travaillé dur, et rentrer à la maison sans images...


Hier, je pense que Dieu était parmi nous et nous a récompensé pour notre persistance. En effet, les nuages se sont dispersés nous laissant une bonne fenêtre météo de 10 minutes pour rider et shooter la ligne du trip ! Nous avons trouvé de la pow, et ça a tout changé… Nous avons pu taper une grosse accélération sur la face, et aller à Mach 2 avec un contrôle total !


Les quatre dernières heures ont été dures… Le temps était correct, mais nous nous sommes démenés avec de hautes températures, du vent et des nuages. Cela nous a demandé d’utiliser toutes nos connaissances en matière de big mountain, pour atteindre notre but. Nous étions dans un niveau de ride en big mountain que je n’ai jamais connu jusqu’à présent ! Nous vivons, inspirons et touchons ces lignes depuis des heures, et même des jours, et le résultat est plus qu’à la hauteur ! Je n’avais jamais ressentie cela dans toute ma vie… »


Jeremy JONES


Plus d’infos: www.jeremyjones.net

Comments ()
 
18/May/2009

Jeremy JONES: Alaska - DEEPER: Mt McConkey !

Riders in this news : 

« Je ne suis pas le premier à nommer une descente mais maintenant que je grimpe et ride ces incroyables pics, j’ai commencé à en nommer quelques uns qui sont pour moi très spéciaux.
Depuis le décès de Shane, j’en recherche un à sa mémoire… Nous avons déplacé notre camp dans une nouvelle zone où il y a six pics accessibles. Cette zone est le spot parfait ! J’ai repéré en survolant la zone en avion, c’est seulement à 20 minutes de la ville. C’est le plus gros et le plus dangereux pic, que j’ai décidé de nommer pour Shane.


Le nouveau pic Shane Mc Conkey est un spot de classe mondiale pour le freeride, et également de base jumpers, mais notre amitié n’a rien à voir avec cela… C’était avant tout basé sur la famille et les amis. Ce qu’il a fait dans les montagnes était impressionnant mais le plus gros aboutissement de sa vie restera l’amour et le soutien qu’il a apporté à sa famille et à ses amis.

Il y a beaucoup de choses pour lesquelles je voudrais remercier Shane :
Merci d’avoir été aussi gentil avec mes enfants. Merci pour toutes les fois où j’étais en déplacement et durant lesquels tu as été comme un second père pour eux.
Merci d’avoir développer le rocker, qui reste pour moi le plus gros avancements du snowboard, et pour les sensations que j’ai pu ressentir grâce à cela !
Merci de nous avoir montrer que l’impossible était possible, et ce, avec la plus grande humilité qui existe.
Merci de ne jamais avoir pris la vie au sérieux, et de nous avoir fait autant rire!

Shane a appris comment voler, et cela n’a rien changé en lui. C’était une partie de lui et de sa personne. Il était vraiment bon, bien entrainé, faisait des turns et s’engagé dans un jump avec facilité.

Comme Doug Coombs, Craig Kelley ou Trevor Peterson nous l’ont appris dans le passé, nul n'est au-dessus des lois, même quand il s'agit de les dépasser dans les montagnes.

La perte est difficile pour nous tous mais ce qui m'attriste le plus, c'est la perte pour nos enfants. Sa famille et ses amis le garderont toujours dans leur cœur,  et à en juger par les traces du home spot, les compétions de freeride, et les déposes en hélicoptère à travers le monde, nous penserons toujours à lui avec les skis et les snowboards que nous avons sous les pieds... »

Jeremy JONES


Plus d’infos : www.jeremyjones.net

Comments ()
 
11/May/2009

Jeremy JONES: Alaska - DEEPER, les jours sans ride...

Riders in this news : 

" Notre crew a subi de fortes tempêtes durant notre mois sur la glace. Les jours sans ride n’étaient pas si durs… Nous avons eu droit à une grosse quantité de pow devant notre porte. Les jeux d'échecs, les cartes, les livres, les grottes de neige, les revues, et la tempête nous ont occupés un bon moment... Il est plus facile d'être à la montagne et non pas en ville au cours de la tempête.


Ci dessous, le journal qui décrit une de nos après midi durant la tempête :


Le 14 Avril, nous sommes restés au sommet (environ 400 pieds). Travis RICE à ma gauche, Tom BURT à ma droite, et moi avec la tête qui tourne dû à l’excitation et à la peur.


Leurs visages parlent d’eux-mêmes, et me disent qu'ils ressentent la même chose que moi. La raison est ce que nous avons sous les pieds: une board Turque "Las Board", un no- board, et un splitboard en mode ski…


Maintenant, c’est le moment de vérité. Suis-je en mesure de penser que je peux rider en Alaska sur un engin fait de bois et de cordes? Je presse sur mon pied avant, passe la cassure, et prends de la vitesse… Je commence à voler ! Je me sens stable, et me jette dans plusieurs gros turns! La pow est top, et ça vole dans tous les sens ! Je monte vers mes skis et m’écroule mort de rire ! Nous avons fait ce run plusieurs fois, en testant et échangeant nos jouets…


Cette simple petite session sur ce relief du glacier en devient mémorable! Il y a environ 50 ans d’expérience de snowboard entre nous trois, et nous tripons comme jamais auparavant!


C’est tellement puissant de faire des turns dans une pow pareille! Nous ressentons cela sur nos nouveaux jouets, et c’est un peu comme revenir dans notre enfance quand on délirait sur nos home spots… "

Jeremy JONES


Plus d’infos : www.jeremyjones.net

Comments ()
 
Alberto SCHIAVON
07/May/2009

Alberto SCHIAVON dans les Alpes Italiennes !

Riders in this news : 

" Les dernières semaines d’Avril ont été incroyables ! Encore de nouvelles chutes de neige, et des conditions parfaites, mais un peu « craignos » dû aux avalanches…

J’ai quand même pu rider comme jamais auparavant, grâce à un hiver de fou cette saison !

J’ai pu découvrir de nouveaux terrains de jeu, et des lignes bien sympas... Pas d’hélicoptère, pas de skidoos, juste grimper…  Ca valait vraiment le coup ! Grosse gavade !

Ci-dessous, quelques photos des spots ridés… "

Ciao !

Alberto SCHIAVON

Comments ()
 
Jeremy JONES
07/May/2009

Jeremy JONES: Alaska - Deeper, descente de la plus grosse face !

Riders in this news : 

« Mission accomplie sur une des plus grosses faces ! Cela se passait sur la face Nord Ouest, sur le plus gros peak de la zone. Sur cette face, la neige était tout simplement exceptionnelle avec des arêtes énormes et de toute beauté ! Le souci était qu’il y avait de grosses crevasses en fin de run… Certaines d’entre elles étaient vraiment énormes ! Après avoir observé tout cela pendant un bon moment, la conclusion était qu’il fallait une grosse avalanche pour les atteindre… Je pouvais donc tenter le coup…


J’ai étudié la stabilité du manteau neigeux pendant deux jours, j’ai fait de nombreux tests, et bonne nouvelle, rien à signaler, pas de danger ! Avec une grosse tempête en prévision les prochains jours, je savais que la seule chance de rider cette ligne était aujourd’hui, avant que la stabilité du manteau neigeux ne change… Je devais également tenir compte d’un autre facteur, la chaleur. Je passais en dessous de grosses corniches qui pouvaient se détacher à tout moment s’il faisait trop chaud… L’idée était donc de débuter l’ascension tôt dans la journée quand tout était verrouillé et bien consolidé par le gel.


J’ai quitté la dernière partie sécurisée à 11h30, et c’était parti ! A 14h, j’étais au sommet, juste au départ de la ligne, quand les premiers rayons de lumières éclairées la face... A 15h30, j’étais hors de la zone à risques.


Avec un processus bien calé, une planification adéquate, et une grosse concentration, j’ai pu réduire les risques…


C’était un gros test physique car c’était une course contre la montre, et il n’y avait pas de réels spots sécurisés pour se reposer, donc j’ai été obligé de sprinter pendant la majorité de l’ascension! J’étais exposé au danger pendant plus de quatre heures, et ce test à la fois physique et mental a été le plus dur de ma vie ! Jamais je n’avais ressenti ça !

Je crois que jusqu’à aujourd’hui, je n’avais jamais autant lutté de toute ma vie… Les dangers étaient si nombreux qu’il aurait été facile de faire demi tour… Heureusement que Tom était là pour me soutenir et me confirmer que j’étais dans le vrai, et pas inconscient… Merci Tom ! »


Jeremy JONES


Plus d’infos: www.jeremyjones.net

Comments ()
 

Communauté

No RSS available today

 

Nos partenaires

  • AUDI
  • Best of the Alps
  • CLUB MED
  • UCPA
  • CHAMROUSSE

Rossignol dessine et produit une large gamme d'équipements sportifs et de vêtements pour hommes, femme et enfants pour la pratique du ski alpin, du ski nordique et du snowboard.